La revue littéraire et artistique

Sylphe Rouge, une maison d’édition qui (ré)enchante !

C’est avec grand plaisir que j’ai découvert Sylphe Rouge, nouvelle maison d’édition indépendante dirigée par Cécile Grenier et sa collaboratrice Yseult Gouachon. L’enthousiasme que ces deux femmes dégagent est communicatif. La puissance évocatrice conférée par le nom « Sylphe Rouge » invite à l’envolée, sinon lyrique, au moins onirique.

Amateurs d’art, je vous invite à découvrir les peintures savoureuses et chatoyantes réalisées par Louisa Cock et réunies dans le catalogue d’exposition intitulé L’instant où le ciel se mélange à la terre. Ce livre-poème au format carré déroule une série de paysages luminescents et authentiques qui ne sont pas sans rappeler, sous certains aspects – aplats de couleurs (beaucoup de bleu), textures épaisses –  les toiles des maîtres baltes que le musée d’Orsay a eu l’initiative de présenter en 2018 lors de l’exposition « Âmes sauvages : le symbolisme dans les pays baltes ».

Amis des lettres, découvrez aussi Les murs de papier, premier roman de la collection « Lettre humain » paru chez Sylphe Rouge. L’auteur, Thierry Buron, a la verve et l’imagination fertile que l’on attend de l’écrivain avec un grand « E » ; son récit nous transporte dans un univers intense et frappant de sincérité. Quand un jeune journaliste croupit dans le « quartier des oubliés » de sa sordide prison en attendant la date de son passage sur la chaise électrique, nous ne pouvons qu’être saisis de terreur…  surtout quand il est question d’erreur judiciaire, de complot délirant. L’auteur a le pouvoir de donner vie à son scénario, qui, à l’instar de celui un film d’action, tient en haleine le spectateur médusé.

Enfin, pour les aficionados de littérature de l’imaginaire, Le Page de l’Aurore d’Astrid Stérin, premier texte de la collection Nuada paru chez Sylphe Rouge, ne manquera pas de vous faire voyager dans un univers magique et chevaleresque, où les apparences sont parfois trompeuses et où l’on comprend que le monde n’est pas si manichéen qu’il en a l’air.

Haut les cœurs ! Longue vie à cette originale maison d’édition, qui, non seulement propose de bons textes, mais attache une importance à la fabrication de ses livres : les papiers sont de qualité, les reliures sont cousues et les couvertures chargées de promesse.